© Dossiersmarine - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III
Avisos à roues de 1ère classe type Sphinx
classe Sphinx Avisos à roues de 1ère classe parfois nommés corvettes à roues. Sur la liste officielle de 1860, ils figurent comme avisos à roues de 2ème classe - Plans de Hubert pour le Sphinx, lea autres plans ne sont que des variantes- Premiers navires à vapeur de la Marine Royale dont les machines fonctionnèrent de façon satisfaisante.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

ACHERON Rochefort 21-1-1835 18-12-1835 5-10-1836 15-11-1869 ARDENT Brest 12-10-1829 22-5-1830 21-3-1831 24-10-1860 BRANDON Lorient 1837 20-12-1839 16-1-1841 26-12-1841 CASTOR Indret 1-7-1829 26-5-1831 16-9-1831 22-10-1853 CERBERE Indret 2-1834 16-2-1836 17-2-1836 22-12-1864 CHIMERE Indret 7-1831 29-10-1833 16-1-1834 9-1-1861 COCYTE Indret 2-1835 7-4-1837 14-4-1837 31-1-1867 CROCODILE Indret 9-1829 10-10-1832 20-12-1832 3-3-1856 ETNA Indret 2-1835 28-7-1836 29-7-1836 20-1-1847 EUPHRATE Indret 15-1-1837 28-4-1839 1-5-1839 27-2-1862 FULTON Rochefort 21-2-1832 6-4-1833 17-11-1833 7-3-1867 GREGEOIS Cherbourg 2-1838 17-1-1839 1-11-1839 26-10-1865 GRONDEUR Lorient 7-1837 16-3-1839 22-6-1839 8-6-1860 METEORE Rochefort 1-1-1833 28-10-1833 1-3-1834 15-4-1867 PAPIN Indret 2-1834 3-2-1836 3-2-1836 6-12-1845 PHAETON Indret 4-1836 28-10-1837 1-11-1837 14-1-1850 PHARE Indret 6-1833 14-3-1835 14-3-1835 29-4-1865 SALAMANDRE Indret 1831 26-12-1833 15-3-1834 26-12-1835 SPHINX Rochefort 6-1828 31-8-1829 12-3-1830 6-7-1845 STYX Indret 6-1832 17-9-1834 1834 25-7-1867 TARTARE Indret 5-1834 14-7-1836 15-7-1836 15-7-1867 TONNERRE Indret 9-3-1836 24-2-1838 24-2-1838 21-10-1859 VAUTOUR Indret 10-1830 7-7-1834 11-7-1834 9-5-1863                                                                                                                        coupe du Styx

 caractéristiques

Chaque bâtiment de la série ayant des particularités, nous publions une fiche pour chacun d'entre eux à la suite de leur historique  L'Ardent et le Vautour avaient des machines haute pression développant 160chn fabriquées à Landerneau (au moins pour l'Ardent). Le Castor développait seulement 120 chn. La machine de l'Achéron a été construite à Arras. Ardent and Vautour had 160 nhp high-pressure engines, built in Landerneau (Ardent at least). Castor had only 120 nhp. Achéron engine was built at Arras.

  historique

Achéron

    5-10-1836 : armée à Rochefort - appareille pour Toulon et le service latéral d'Algérie.     20-1 au 17-2-1840 : départ de Toulon pour Alexandrie et retour.     9-4-1840 : de Toulon pour Oran.     15 au 19-4-1840 : de Oran à Toulon.     4-5 au 2-6-1840 : de Toulon à Alger et retour.     28-6 au 7-7-1840 : de Toulon à Alger et retour.     26-7-1840 : de Toulon à Alger.     15-3-1841 : à Alexandrie, venant de Toulon (Cdt Cottu).     19-3-1841 : départ pour Beyrouth.     2-4-1841 : d'Alexandrie vers la France.     12-1842 : stationnaire au Levant.     13-7 au 30-9-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     30-10-1845 : de Toulon pour Alger.     1847 : Algérie.     1849-1851 : stationnaire à St Louis (Sénégal).     3-6-1851 : arrivée en rade de Brest, venant du Sénégal.     2-7-1851 : grand carénage à Rochefort, puis désarmé à Lorient jusqu'en juillet 1853.     1853-69 campagnes aux Antilles.     1-1854 : à St Domingue.     25-3-1854 : à Carthagène (Nlle Grenade).     23-11-1855 : départ de la Martinique pour Brest (CC. Lejeune).     3-12-1855 : escale forcée à Dartmouth (panne de combustible).     26-7-1856 : à Fort de France.     2-8-1858 : à Fort de France.     10-3-1862 : à Fort-de-France.     24-2-1865 : à Fort-de-France (station).     23-2-1859 : sortie de la cale de radoub de Lorient.     7-3-1860 : appareille de Lorient pour la Guadeloupe (LV Duchaxel).     1862 : station de Basse-Terre (Antilles).     5-1862 : en carénage à Fort de France.     1872 : démolition. $     11-8-1862 : appareille de Basse-Terre pour la Martinique.     25-9-1862 : arrivée à Lorient, venant de la Martinique.     1865 : au Mexique.     8-3-1867 : appareillage de Fort de France pour la Jamaïque afin de tenter (en vain) un renflouage de la Gironde qui s'est échouée.     17-3-1869 : à Fort-de-France.     10-4-1869 : à Fort-de-France.     15-11-1869 : rayé - ponton à Lorient.     1872 : démolition.

Ardent

    1838 : toujours en attente de la machine.     1841-42 : refonte à Brest.     28-6-1843 : remise en service.     1851-52 : machine remplacée par celle du Phaëton.     1852-56 : Martinique - station des Antilles.     2-4-1853 : escale à Balize.     29-10-1853 : LV Merrier prend le commandement.     1-1854 : La Havane.     1-4-1855 : sur rade de Fort-de-France.     16-6-1855 : appareille de Fort de France pour la France (CF Morner).     11 au 17-7-1855 : escale à Horta (île de Fayal - Açores).     29-7-1855 : arrivée à Brest.     10-3-1857 : en armement à Lorient pour Terre-Neuve (CF Cloué).     17-4 à 28-11-1857 : campagne à Terre-Neuve.     4-5-1859 : à St Pierre (Martinique).     8-5-1860 : appareillage des Antilles (CF Laporte).     9-6-1860 : arrivée à Lorient.     24-10-1860 : rayée.     6-1881 : démolition.

Brandon

    26-12-1841 : naufragé à Minorque au large de Port-Mahon.

Castor

    29-11-1827 : ordonné sous le nom de Fulton (pour Cherbourg initialement).     31-1-1828 : mise en chantier différée en attendant le résultat d'expériences sur d'autres vapeurs.     1830 : renommé Castor.     16-9-1831 : armée à Lorient.     1831-32 : côtes de France.     1833-43 : transports en Algérie.     1834-36 : commandée par le futur amiral Pâris.     7 au 30-11-1835 : d'Ajaccio à Alger puis Oran, avec le duc d'Orléans, en compagnie du Ramier.     19-12-1825 : à Toulon.     14-1-1836 : assistance au Rhône qui a été jeté à la côte, près d'Agde.     28-1-1836 : retour à Toulon.     11 au 28-2-1836 : de Toulon à Civita-Vecchia avec l'ambassadeur de France à Rome, et retour.     2 au 15-3-1836 : de Toulon pour Alger et retour.     1845 : côtes africaines.     1846-47 en Méditerranée (Livourne, Bastia, Algérie).     14-7-1850 : appareille de Brest pour les Antilles - stationnaire pendant 3 ans.     13-5-1851 : à Basse Terre.     28-1-1852 : au secours des passagers de la Loire échouée en Guadeloupe.     22-10-1853 : rayé - débarquement de la machine.     15-1-1854 : escale à Paimboeuf.     1-12-1854 : réarmé.     28-12-1854 : part de Lorient à la voile pour Cayenne via St Nazaire et Gorée.     1854-55 : bagne-hôpital aux îles du Salut - démolition.

Chimère

    5-11-1835 : appareillage de Port Vendres pour Oran, puis Alger.     22-11-1835 : retour à Toulon.     13-12-1835 au 2-1836 : de Toulon pour oran et retour.     7 au19-2-1836 : appareille de Toulon pour Alger avec 40 soldats, et retour.     28-2 au 11-3-1836 : de Toulon pour Alger et retour.     7-12-1836 : appareillage de Toulon pour Alger et retour.     5-1 au 27-5-1840 : de Toulon à Alger et retour.     2-6-1840 : de Toulon à Alger.     12-6 au 14-6-1840 : d'Alger à Toulon.     7-7-1840 : de Toulon à Alger.     29-7-1840 : de Toulon à Alger.     28-7-1845 : à Toulon venant d'Alger.     10-9 au 29-12-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     3-1-1850 : arrivée à Civita-Vecchia avec 2 compagnies du génie.     13-7-1850 : arrivée à Toulon en provenance de Civita Vecchia avec 310 hommes.     28-7-1850 : arrivée à Toulon en provenance de Tunis.     15-8-1850 : de Toulon vers Civita Vecchia.     15-9-1850 : de Stora pour Toulon avec 240 pax.     10-10-1850 : appareillage de Toulon pour Oran.     17-12-1852 : escale à Ste Croix de Ténériffe, venant de Marseille et allant au Sénégal et en Guyanne.     26-12-1852 : escale à Gorée.     6-1-1853 : escale à St Louis.     7-1-1854 : à Fort de France.     25-3-1854 : à Carthagène (Nlle Grenade).     24-12-1854 : départ de Brest.     11-2-1855 : arrivée à Fort-de-France.     9-1-1861 : rayé - service de rade à Brest.     1865-71 : pénitencier en Guyane.     1871 : démolition.

Cerbère

    26-4 au 11-5-1840 : de Toulon à Alger et retour (LV Massieu)     19-5 au 27-5-1840 : de Toulon à Alger et retour.     2-6-1840 :  : de Toulon à Alger.     7 au 9-7-1840 : d'Alger à Toulon.     29-7-1840 : de Toulon à Alger.     9-8-1841 : appareille de Toulon pour évacuer l'hôpital de Mahon, installé sur l'île du Roi  (près de Minorque) vers l'hôpital de Montpellier.     14 au 20-11-1841 : d'Alger à Toulon.     22-7-1842 : à Alger (LV Lalia).     15 au 20-8-1842 : de Oran à Toulon .     8-9-1842 : appareille d'Oran pour Port-Vendres et Toulon.     1844 : campagne à Alexandrie ( LV Spérat Duveyrier).     20-9 au 8-10-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     14-11 au 28-11-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     7-12-1845 : -1845 : de Toulon pour Oran.     9-1-1850 : appareillage de Civita-Vecchia pour Toulon.     11-1-1850 arrivée à Toulon.     25-7 au 15-9-1850 : aller-retour Toulon Civita Vecchia.     10-12-1853 : LV Pradier nommé commandant.     17-3-1855 : allant de Bône à Alger dans la nuit du 17, rencontre un bateau anglais en difficulté  à 22 milles au large de Bougie. Il l'aide à rentrer dans le port.     22-12-1864 : rayé - rebaptisé Gardien - magasin à Toulon.     1866 : vendu à la démolition.     18767 : démolition

Cocyte

    19-1-1840 : de Toulon à Alger.     7-2 au 11-2-1840 : d'Alger à Toulon.     8-3 au 9-4-1840 : de Toulon à Alger et retour.     23-4 au 2-5-1840 : de Toulon pour Naples et retour.     10-5 au 16-6-1840 : de Toulon à Alger et retour.     5 au 17-7-1840 : de Toulon à Constantinople.     7-8-1840 : arrivée à Toulon.     1841 : Méditerranée (LV de Chefffontaines).     2-7-1845 : de Toulon pour Tunis (LV Rolland Chabert).     11-9-1846 : armée à Toulon.     1850 : Océanie.     1854 : guerre de Crimée en Baltique.     30-6-1854 : essais à Lorient, puis stationnaire à l'île d'Aix (LV Georgette-Dubuisson).     5-7-1854 : appareille de Lorient pour Rochefort.     11-7-1854 : arrivée à Cherbourg pour rejoindre la Baltique en tant que transport des malades.     6-4-1855 : à Lorient venant du Havre avec les chaudières et les canons de la Dévastation.     22-5-1855 : appareillage de Cherbourg pour bloquer les ports de la Mer Blanche avec le Cléopâtre et le Pétrel.     1-12-1855 : de Cherbourg pour Brest.     16-12-1856 : à Fort de France.     6-9-1858 : placé en réserve - reconverti en transport à voiles     23-2-1859 : sortie de bassin.     1866 : Guadeloupe.     31-1-1867 : rayé - ponton-magasin à Pointe à Pitre (Guadeloupe).     1872/75 : démolition.

 Crocodile

    20-12-1832 : début des essais à Indret.     3-1845 : échouage     26-1-1850 : à Fort-de-France.     30-7-1851 : à Fort de France (station de deux ans) (LV Choux).     11-1851 :appareille de la Martinique pour la Barbade afin de ramener de la glace pour lutter contre une épidémie de fièvre jaune.     3-1852 : se porte au secours et renfloue le vapeur Merlin près de Saint Thomas.     2-4-1852 : arrivée à Haïti, venant de St Domingue.     27-4-1852 : appareille de St Domingue pour Fort de France.     1-7-1852 : retour à Rochefort.     1856 rayé, ponton aux Antilles.     1856 : ponton aux Antilles.

Etna

15-3 au 16-4-1840 : de Toulon à Alger et retour (LV Legallic de Kérisouet). 1-5 au 12-5-1840 : de Toulon à Naples et retour. 21-5 au 23-6-1840 : de Toulon à Alger et retour. 20-7-1840 : départ de Toulon pour Alexandrie. 24-7-1840 : escale à Malte. 2-8-1845 : à Toulon venant d'Alger (LV Laville). 20-8 au 8-12-1845 : de Toulon pour Alger et retour. 20-1-1847 : naufragé à l'est du Cap Ténès (Algérie) par 18 à 25 m de fond.

 Euphrate

    18-1-1840 : à Toulon venant de Gibraltar.     20-2 au 13-5-1840 : de Toulon à Alger et retour.     23-12-1841 : à Oran venant d'Alger avec 10e bataillon de tirailleurs de Vincennes.     28-10-1845 : à Toulon venant d'Alger.     20-11-1845 : de Toulon pour Alger.     16-4-1849 : armée à Toulon.     1849-63 : service du courrier sur l'Afrique.     22-4-1855 : à Marseille venant de Constantinople.     25-6-1856 : sur rade Grand-Bassam ( Cpt Laporterie).     13-5-1857 : port de Gorée.     17-5-1857 : à St Louis.     28-5-1857 : arrivée à Ste Croix de Ténériffe.     6-1857 : Sénégal.     1858 : station d'Algérie.     27-6-1862 : rayé.

Fulton

    1833 : premier Cdt : LV Allègre.     8 au 19-11-1835 : de Toulon à Oran et retour, avec escale à Alger pour ramener 163 soldats (LV Théobald Alliez).     6 au 20-12-1835 : de Toulon à Oran et retour.     12-1-1836 : de Toulon à Alger     5-1-1840 : à Toulon venant d'Alger (LV Poudra).     12 au 15-5-1840 : de Toulon à Bastia et retour.     17 au 20-5-1840 : aller-retour en Corse.     31-5 au 10-6-1840 : de Toulon à Alger et retour.     11 au 17-7-1840 : de Toulon à Alger et retour.     2-8-1840 : de Toulon pour Alger.     20-11-1845 : combat d'Obligado.     12-5-1849 : à Montevideo.     21-5 au 15-6-1849 : escale à Rio.     21 au 27-6-1849 : escale à Fernambouc.     20 au 31-7-1849 : escale à Gorée.     10 au 15-8-1849 : escale à Madère.     24 au 28-8-1849 : escale à Vigo.     1-9-1849 : arrivée à Brest.     7 à 10-1850 : carénage à Brest.     11-1-1854 : désarmé.     10-6-1854 : de Toulon pour le Pirée.     21-9-1854 : à Cherbourg venant de la Baltique avec hommes et chevaux.     1855 : escadre de la Baltique.     21-5-1855 : à Kamiesh, remorquant un 3-mâts chargé de 60 chevaux.     22-5-1855 : départ pour la 2ème expédition de Kertch (Ukraine).     2-12-1855 : à Marseille venant de Kamiesh et repart pour Toulon le lendemain.     26-7-1856 : à Fort de France.     16-12-1856 : à Fort de France.     27-12-1856 : appareillage de Toulon.     28-5-1859 : arrivée à Basse Terre avec une drague.     8-1-1860 : à Fort-de-France venant de Basse-Terre (Cdt Huart).     26-5-1864 : à Port-de-France, venant de Sydney.     19-6-1864 : appareillage de Port de France (Nouméa) pour mater le îles Loyauté avec le Coëtlogon. Il a embarqué 200 soldats à bord.     25-9-1864 : à Port-de-France (NC).     7-3-1867 : rayée - vendu à un armateur maltais.     1869 : vendu à Fevraide Osmanie Co, Constantinople.

Grégeois

    1839 : reçoit les machines prévues pour le Brandon.     11-5-1840 :  de Lorient pour Toulon. (LV Laurencin).     18-5-1840 : escale à la Corogne.     8-6-1840 : arrivée à Toulon.     27 au 29-6-1840 de Toulon pour Port-Vendres.     29-7-1840 : de Port-Vendres pour Barcelone.     1-8-1840 : retour à Port-Vendres.     3-8-1840 : départ pour Tanger.     1841 : armé en navire hôpital entre Alger et Tolon (LV Louis Dufour de Montlouis).     8-1841 : rapatrie des malades depuis Mahon.     18-8-1845 : à Toulon venant d'Alger.     30-9 au 20-10-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     24-10 au 8-11-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     10-11-1845 : de Toulon pour Alger.     8-1844 : bombardement de Mogador.     8-10-1844 : le commandant meurt en mer de la typhoïde, lors d'un voyage sur Alger.     17-1-1852 : de Lorient vers Brest puis Toulon.     1859-62 : assure des rotations entre Toulon et Civita-Vecchia.     22-3-1860 : sur rade de Gênes.     1-5-1859 : à Gênes en navire-hôpital.     1-1-1860 : mouille en petite rade de Toulon.     23-1-1860 : appareillage de Gênes.     5-4-1860 : arrivée à Gênes (LV Azan).     10-6-1860 : appareillage de Toulon pour transporter des troupes à Gênes et ramener des blessés.     1861-62 : campagne à Civita-Vecchia.  (c) photo Maréchal (coll. Charpentier)

Grondeur

    1841 : Méditerranée (Cpt Langé d'Orsay).     8-8-1845 : à Toulon venant d'Alger.     20-9-1845 : de Toulon pour Alger.     29-6-1850 : appareillage de Toulon pour Naples.     11-2-1855 : arrivée à Pointe-Pitre avec le navire français l'Igrie en  remorque. Ils arrivent de Basse-Terre où l'Igrie était en avarie.     5-1-1857 : appareille de Lorient pour le Sénégal.     25-4-1857 : à Gorée, venant des comptoirs du Sud.     12-5-1857 : appareillage de Gorée pour les comptoirs du Sud.     6-1857 : Sénégal.     31-12-1858 : arrivée à Gorée, venant de Sierra Leone (Cpt Giovanetti).     8-6-1860 : rayé à Brest et utilisé comme remorqueur.     3-1862  : décommissionné en Guyane ?

Météore

    4 au 7-8-1834 : de Brest à Lorient (LV Poutier).     8-1834 : remorque la Sirène (CV d'Orsonville) à la sortie de Lorient, puis Extrême-Orient.     5-11-1835 : de Bayonne pour la Corogne et le Passage.     1838 : vers le Mexique.     28-11-1838 : prise de St jean d'Ulloa.     5-12-1838 : combat de Vera-Cruz.     1-11-1840 : à Alexandrie.     1841 : navire-hôpital entre Alger et Toulon (LV Robin).     5-11-1841 : de Bayonne pour la Corogne et Gibraltar (CC Barbotin).     21au 25-12-1841 : d'Alger à Port-Vendres.     31-7 au 8-9-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     17-9 au 9-10-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     13-10-1855 : escale à Nice pour charbonner.     28-10 au 25-12-1845 : de Toulon pour Alger et retour.     8-10-1851 : à Alger.     10-12-1853 : LV Le Coat de Kerveguen nommé commandant.     8-4-1854 : escale à Lavalette.     12-5-1854 : de Toulon pour Malte avec des troupes.     2-10-1854 : de Toulon pour la Sardaigne.     12-1-1855 : à Toulon venant de Civita-Vecchia.     11-05-1859 : transformé en navire hôpital (blessés de la guerre d'Italie) (LV Desperles).     12-1859 : navire-hôpital à Gênes.     22-1-1860 : à Gênes.     19-6-1860 : arrivée à Toulon.     28-6-1860 : arrivée à Toulon, venant de Gênes.     1861 : expédition du Mexique.     8-1864 : essais machines.     7-1866 : service latéral des côtes d'Algérie.     15-4-1867 : rayé.     7-1867 à 1872 : envoyé au Gabon comme navire-hôpital     1872 : ponton.     1874 : démolition.

Papin

    8-12-1845 : naufragé à Mazagan (Maroc).

Phaëton

    1838 : de Lorient pour l'expédition de Saint Jean d'Ulloa.     28-11-1838 : prise de Sain jean d'Ulloa.     5-12-1838 : combat de Vera-Cruz.     1840-42 : en Méditerranée.     1843-49 : en Océanie.     28-2-1844 : mouille à Te Auaa, rebaptisée Port Phaëton.     17-4-1844 : débarquement de Mahena.     2/1847 : transporte la reine Pomaré Raiatea à Papeete.     1859 : ponton charbonnier.

Salamandre

    21-5-1824 : de Brest pour Cronstadt.     19 au 21-11-1835 ; d'Alger pour Oran.     26-12-1835 : naufragé à Missigran (Mostaganem).

Sphinx

    30-6-1829 commande des machines     25-5-1830 : appareillage de Toulon pour l'expédition d'Alger.     13-6-1830 : bombarde Sidi-Ferruch.     9-7-1830 : arrive à Toulon, venant d'Alger (LV Sarlat).     16-7-1830 : appareillage.     11-9-1830 : à Toulon, venant d'Alger.     1833 : remorque d'Alexandrie à Cherbourg le Luxor chargé de l'obélisque qui fut érigée place de la Concorde à Paris.     7-11-1835 : à Toulon, venant de Brest avec escales à la Corogne et Cadix.     29-11 au 20-12-1835 : de Toulon pour Oran et retour.     17-12-1835 : de Toulon pour Alger avec 127 passagers et 300.000 frs.     6-1-1836 : retour à Toulon.     1 au 11-2-1836 : de Toulon à Alger et retour..     6-7-1845 : naufragée dans la brume à l'est d'Alger, au cap Matifou.
dimensions		47,00 x 8,20 x 14,00 (HT)  x 3,40/3,80 x 5,42 (C.) m déplacement		783 tpl, 497t  effectif		77/100 h consommation	0,52 t/h à 4,4 n -  charbon : 170 t armement		 2x30 + 2x8 caronades 1841 : 6 canons 1855 : 8 c propulsion		machine Halette -  160 chn dimensions		46,25 x 8 (14,2 ht) x 3,7 m déplacement		913 t armement		6x24 car. + 3x80 propulsion		 - machine Frimot de 160chn La machine de l’Ardent était par contre du type à haute pression. Construite par les ateliers Frimot de Landerneau, elle ne pesait que 100 t. Trop en avance sur son temps, elle ne fonctionna jamais de façon satisfaisante, aussi fut-elle remplacée en 1843 par une machine de 225 chn due à l’ingénieur Rossin et construite à Indret qui comportait 4 cylindres à détente variable et était équipée d’un système de transmission à double traverse en T. Elle était alimentée par des chaudières Beslay à tubes d’eau verticaux et pourvue d’un condenseur par surface qui fut le premier de ce type en service dans la Marine française. Les chaudières durent toutefois être remplacées en 1845 par 3 nouvelles chaudières du même constructeur qui se montrèrent elles aussi déficientes en raison d’une conduite particulièrement difficile. Finalement ce navire sera équipé en 1851 de la machine du Phaéton et de chaudières classiques. dimensions		48,20 x 8,16 x 3 m déplacement		620/750 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 propulsion - machine Maudslay de 120 chn, 250 chi - conso : 0.63 t/h à 5.4 n. - gréement brick - voilure : 814 m² - Le Castor, premier navire construit à Indret, reçut une machine proposée par Emile Martin maître de fonderie à Fourchambault dans la Nièvre, mais dont la plupart des pièces avaient été fournies par le constructeur anglais Maudslay. dimensions		47,26 x 8,16 x 13,40 (HT) x 3,72/3,78 x 5,40 (c.) m déplacement		810 t, 910 tpc effectif		101 h consommation	0,70 t/h à 6,1 n armement		1836 ; 3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		machine Cavé de 160 chn, 640 chi dimensions		47,00 x 8,20 x 14,00 (HT)  x 3,40/3,80 x 5,42 (C.) m déplacement		910 tpc effectif		100 h consommation	charbon : 170 t - cons. : 0,71 t/h à 6,4 n armement		1841 : 6c propulsion		machine Indret de 160 chn dérivée du Sphinx dimensions		 origine : 48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m 1854 (après reconversion) : 53,00 x 47,00 x 8,00 x 5,42 m déplacement		500 tx, 810 tpc -  en 1854 : 910 tx, 500 tpl consommation	charbon : 180 t - cons. : 0,8 t/h à 5,6 n armement		2x22 cm obus. +2x30 x 4 pierriers propulsion		machines Indret dérivées du Sphinx -160/640 1854 : suppression des machines.
dimensions		47,00 x 8,20 x 14,00 (HT)  x 3,40/3,80 x 5,42 (C.) m déplacement		910 t armement		6 c propulsion		640 chi - constructeur inconnu dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		922 tpc vitesse		8 n consommation	charbon : 180 t - cons.  : 0,91 t/h à 5,5 n armement		3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		machines Indret dérivées du Sphinx160 chn dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		920 t consommation	charbon : 180 t - cons. :0,91 t/h à 6,9 n armement		3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		640 cv Le Grondeur dont l’appareil moteur fut construit dans l’usine rouennaise de Sudds, Adkins et Barker, comportait 2 cylindres de dimensions d = 1,22 m ; c = 1,45 m qui actionnaient des roues de 6 m portant 16 aubes de 2,4 x 0,52 m ; alors que les machines des précédentes unités de cette classe fonctionnaient avec une détente fixe à des pressions de l’ordre de 1,3 atm, le Grondeur fut le premier à bénéficier d’un système de détente variable qui sera généralisée par la suite en remplaçant progressivement les tiroirs à bord des autres unités de cette classe. La pression de vapeur fut alors portée à 1,5 atm, voire davantage, pour bénéficier pleinement de la détente, ce qui permit de disposer d’une puissance de 320 chi. La conjugaison des deux innovations que furent l’augmentation de la pression et la détente variable qui permettait de satisfaire au mieux les différentes conditions d’utilisation de la machine permit de réduire quelque peu la consommation de charbon. dimensions		47,26 x 8,00 x 14,14 (HT) x 3,52/3,62 x 5,44 (c.) m déplacement		850 t ; 910 tpc consommation	charbon : 170 t - cons. : 0,65 t/h à 5,7 n armement		1836 : 3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		machines Halette  de 160 chn dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		910 t vitesse		9 n armement		3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		160 chn, 320 che
dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		920/941 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 propulsion		160 chn, 640 che machine ommandée à de Vilback de Charenton-le- Pont, mais ce constructeur ayant fait faillite, elle fut achevée à Indret.  dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		920/941 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 propulsion		160 chn, 640 che machine ommandée à de Vilback de Charenton-le- Pont, mais ce constructeur ayant fait faillite, elle fut achevée à Indret.  dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		920/941 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 propulsion		160 chn, 640 che machine ommandée à de Vilback de Charenton-le- Pont, mais ce constructeur ayant fait faillite, elle fut achevée à Indret. dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		920/941 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 propulsion		160 chn, 640 che machine ommandée à de Vilback de Charenton-le- Pont, mais ce constructeur ayant fait faillite, elle fut achevée à Indret.  dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		920/941 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 propulsion		160 chn, 640 che machine ommandée à de Vilback de Charenton-le- Pont, mais ce constructeur ayant fait faillite, elle fut achevée à Indret.  dimensions		48,90 x 8,00/8,20 x 14,00 (HT) x 3,70 x 5,42 (C.) m déplacement		920/941 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 propulsion		160 chn, 640 che machine ommandée à de Vilback de Charenton-le- Pont, mais ce constructeur ayant fait faillite, elle fut achevée à Indret.
dimensions		47,26 x 8,00 x 14,14 (HT) x 3,52/3,62 x 5,44 (c.) m déplacement		894/910 t effectif		77/88 h consommation	charbon : 170 t - conso. : 0,57 t/h à 4,4 n armement 1833 : 2x18 + 2x24 caronades 1834 : 2x18 + 1x24 caronades propulsion		machines Halette -  160chn
dimensions		47,00 x 8,00 x 14,00 (HT) x 3,70/4,20 x 5,42 (c.) m déplacement		920 t effectif		100 h consommation	charbon : 180 t  - cons. : 0,65 t/h à 5,6 n armement		3x22 cm obu1s. + 2x30 + 8 pierriers propulsion - machine Indret - 160 chn, 640 chi - machines dérivées du Sphinx, mais les cylindres de l’Euphrate mesuraient d = 1,22 m ; c = 1,396 m et les roues de ce bâtiment portaient 16 aubes de 2,44 x 0,65 m dimensions		47,26 x 8,16 x 13,40 (HT) x 3,72/3,78 x 5,40 (c.) m déplacement		910/934 t, 624 t lège consommation	charbon : 180 t - cons. : 0,42 t/h à 5,6 n armement 4x30 + 4 pierriers+ 2 espingoles 1849 : 4x16cm obus. + 1x86 + 8 pierriers propulsion		machine Indret de 160 chn, 640 chi
dimensions		47,00 x 8,20 x 14,00 (HT)  x 3,40/3,80 x 5,42 (C.) m déplacement		910 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		160 chn, 640 che - machine anglaise Fenton, Murray et  Jackson plus légère que celle du prototype, mais qui,  elle non plus ne fut pas reproduite. dimensions		47,00 x 8,20 x 14,00 (HT)  x 3,40/3,80 x 5,42 (C.) m déplacement		910 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		160 chn, 640 che - machine anglaise Fenton, Murray et  Jackson plus légère que celle du prototype, mais qui,  elle non plus ne fut pas reproduite. dimensions		47,00 x 8,20 x 14,00 (HT)  x 3,40/3,80 x 5,42 (C.) m déplacement		910 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		160 chn, 640 che - machine anglaise Fenton, Murray et  Jackson plus légère que celle du prototype, mais qui,  elle non plus ne fut pas reproduite. dimensions		47,00 x 8,20 x 14,00 (HT)  x 3,40/3,80 x 5,42 (C.) m déplacement		910 t armement		3x22 cm obus. + 2x30 + 8 pierriers propulsion		160 chn, 640 che - machine anglaise Fenton, Murray et  Jackson plus légère que celle du prototype, mais qui,  elle non plus ne fut pas reproduite. dimensions		47,26 x 8,00 x 14,14 (HT) x 3,52/3,62 x 5,44 (c.) m déplacement		860/910 t armement		6 c propulsion		machine Cavé de 160chn
dimensions 46,25 x 8,00 x 14,20 (HT) x 3,33 x 5,30 (C) m déplacement 913 t, 538 t lège vitesse 7 n effectif 100 h consommation charbon : 170 t - cons. : 1 t/h armement origine : gaill : 3x24cm + 4x24cm car. 1832 : 3x22cm obus. + 2x30 propulsion - machine à balancier Indret de 160 ch PN. - Sa machine à balanciers latéraux et à basse pression avait  été fabriquée par l’atelier Fawcett de Liverpool. Elle était  équipée de 2 cylindres de dimensions d = 1,221 m ; c = 1,448 m entourés d’une chemise dans laquelle circulait la vapeur ; une chaudière à galeries ; pression de vapeur 1,25 atm ; 22 t/mn ; roues de 6 m. Le poids de cette machine était de 162 t, et sa consommation de charbon était de près d’une tonne par heure à la vitesse maximum, soit environ 6 Kg par cheval nominal par heure
Suite …